PROBLÈMES DE CHENILLES ?

livrée des forêts ref photo aimfc.rncan.gc.ca

Plusieurs se questionnent sur l’infestation de chenilles que nous connaissons ce printemps. La Coop prend donc les devants pour tenter de répondre à certaines de vos questions.

En fait, selon nos observations, il s’agit de la livrée des forêts et de la livrée d’Amérique. Ces 2 chenilles sont d’apparence assez similaire. La livrée d’Amérique fait des « tentes » dans les arbres, pas la livrée des forêts.

Un peu de littérature

Le cerisier est l’essence préférée de la livrée d’Amérique, mais elle aime aussi les pommiers. Elle s’en prend surtout aux arbres de petite taille.

Au Québec, la livrée des forêts a été observée sur plusieurs espèces de feuillus. Cependant, ses hôtes préférés demeurent, en ordre décroissant, le peuplier faux tremble, le bouleau à papier, l’érable à sucre, les saules et le chêne rouge. L’érable rouge ne l’attire aucunement.

Les livrées des forêts peuvent, occasionnellement, défolier gravement, sinon complètement, leurs hôtes, et ce, sur de vastes territoires, dévorant les feuilles des arbres infestés. Si elles se répètent, les défoliations graves affectent la croissance de l’arbre en diamètre. Ce dernier s’affaiblit considérablement et devient ainsi vulnérable aux insectes secondaires et aux maladies.

Néanmoins, les arbres survivent généralement bien, même à plusieurs attaques consécutives. Dans certains cas, les sujets défoliés par des livrées réagissent temporairement et ils produisent une deuxième feuillaison au cours d’un même été. Ces arbres font appel aux bourgeons déjà formés pour le printemps suivant. Les deuxièmes feuilles sont toutefois plus petites et plus pâles que les premières.

Dégâts

La façon la plus efficace d’éliminer ces défoliateurs sur les arbres d’ornementation ou sur de petites superficies demeure la cueillette et la destruction des toiles, en été, et des œufs, à l’automne. Un bon sécateur suffit. Le brûlage des tentes à l’aide d’une torche est fortement déconseillé à cause des risques qu’il comporte.

Nos connaissances et expériences

Ces infestations de livrées sont connues depuis fort longtemps au Québec. Selon les expériences, peu d’arbres meurent à la suite de ces infestations. Certes, ils sont affaiblis, mais à quel niveau? Il est difficile d’y répondre avec certitude. Au contraire des résineux, qui lorsque leurs aiguilles sont détruites ne peuvent pas les faire repousser, les feuillus, de par leur physiologie, font « repousser des feuilles » chaque année! Vos feuillus ainsi dénudés de leurs feuilles devraient pouvoir refaire des feuilles l’année prochaine et peut-être même une autre feuillaison dès cette année. Une bonne infestation peut durer jusqu’à 4 ans.

Pour plus d’information sur ces chenilles défoliatrices ou pour avertir d’une défoliation en milieu forestier, vous pouvez contacter M. René Lauzon, tech. for. du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs au 819-425-6375 p.230 ou par courriel via rene.lauzon@mffp.gouv.qc.ca

Lutte et intervention

Comme l’histoire nous enseigne que les arbres survivent relativement bien et que les colonies sont habituellement détruites lors d’hivers rigoureux, la Coopérative ne met pas nécessairement en place de moyen de lutte pour contrer les infestations. C’est la SOPFIM (société pour la protection des forêts contre les insectes et maladies https://www.google.ca/?l=fr&gws_rd=ssl#hl=fr&q=sopfim) qui met en place les moyens de lutte contre les insectes. Si vous croyez qu’une infestation importante se développe dans votre secteur, vous pouvez les consulter.

Diverses entreprises offrent aussi des moyens de lutte « privés » à moyenne échelle pour les boisés. Si vous croyez que vous devez intervenir à grande échelle dans vos boisés, contactez Pierre Dagenais de la Coopérative Terra-Bois au poste 236. Il pourra vous informer et vous donner les coordonnées de ces entreprises.

Lutte et intervention sur les arbres ornementaux

Pour ce qui des arbres ornementaux, on peut recourir à divers traitements, comme l’aspersion avec une eau additionnée de détergent à vaisselle (1 c. à thé par litre). L’insecticide biologique, Bacillus thuringiensis (B.t.), vendu sous diverses marques de commerce, est également efficace contre la livrée des forêts. L’insecte qui l’ingère meurt quelques jours plus tard. Le B.t. doit donc être appliqué très tôt au printemps, dès que le feuillage a atteint sa taille maximale, pour que l’insecticide se dépose sur une surface adéquate. Si l’eau savonneuse ne fonctionne pas, le meilleur conseil que l’on pourrait vous donner pour traiter 1 ou quelques arbres, c’est de consulter vos commerces de jardins favoris, pépinières ou arboriculteurs. Ils sont habituellement très aptes à répondre à vos questions et à traiter arbre par arbre. Les forestiers que nous sommes, travaillons à gérer des populations d’arbres constituées en forêt, mais moins les arbres de façon individuelle.

En espérant que vous aurez trouvé quelques réponses…

Votre équipe de la Coopérative Terra-Bois.

photo tirée de : https://aimfc.rncan.gc.ca/fr/insect…